Rechercher
Rechercher

Une première : un délit d’initié condamné dans les NFT !

Sommaire : Une première : un délit d’initié condamné dans les NFT !

Un ancien cadre d’OpenSea, Nate Chastain, accusé de fraude électronique et de blanchiment d’argent dans le cadre d’un prétendu délit d’initié portant sur des jetons non fongibles (NFT). Il doit comparaître devant le tribunal lundi. Il est intéressant de noter que le PDG d’OpenSea, Devin Finzer, a manifesté son soutien à M. Chastain, déclarant que l’affaire était « injuste » et affectait la santé mentale de M. Chastain.

Le soutien du PDG d’OpenSea à l’accusé de délit d’initié sur les NFT

M. Chastain, qui a travaillé pour OpenSea entre janvier et septembre 2021, est accusé d’avoir utilisé des connaissances d’initiés pour acheter des NFT avant qu’ils ne soient présentés sur OpenSea. Afin de les vendre à des fins lucratives une fois qu’ils ont gagné en popularité.

Selon les autorités, Chastain aurait acquis 45 NFT en 11 occasions différentes, avec des bénéfices allant de deux à cinq fois son prix d’achat initial. On estime qu’il a gagné environ 19 ETH (d’une valeur de 73 000 dollars à l’époque) grâce à ces transactions, ce qui équivaudrait à environ 37 200 dollars aujourd’hui.

Pour dissimuler ses actions, Chastain aurait utilisé plusieurs portefeuilles et comptes cryptographiques. Cette affaire constitue le premier cas de délit d’initié potentiel impliquant des NFT, et chacun des deux chefs d’accusation est passible d’une peine maximale de 20 ans d’emprisonnement.

Malgré la gravité des allégations, le PDG d’OpenSea, Devin Finzer, a exprimé sa sympathie à l’égard de M. Chastain. Dans une déclaration aux procureurs américains, Finzer a déclaré que : L’affaire contre Chastain était injuste et qu’elle pesait sur la santé mentale de l’ancien chef de produit. Le gouvernement a toutefois demandé qu’il soit interdit à Chastain de demander à Finzer ou à tout autre témoin de donner son avis sur l’équité des poursuites ou sur l’impact sur sa santé mentale. Le juge Jesse Furman a accédé à la demande du gouvernement.

À la suite de l’inculpation de M. Chastain, OpenSea a pris des mesures pour mettre en œuvre de nouvelles politiques, notamment en interdisant aux membres de l’équipe d’acheter et de vendre des NFT promus. La société a également interdit l’utilisation d’informations confidentielles pour la négociation de NFT, qu’ils soient ou non disponibles sur OpenSea.

En réponse aux accusations, M. Chastain a présenté cinq requêtes au tribunal. Particulièrement des demandes de rejet de certaines preuves liées à sa rémunération par OpenSea et d’exclusion de termes tels que « délit d’initié ». Il a fait valoir que les NFT ne sont pas considérés comme des valeurs mobilières. Le juge Jesse Furman a toutefois rejeté chacune de ces requêtes, déclarant que les arguments de M. Chastain concernant le terme « délit d’initié » étaient sans objet.

La dernière conférence préparatoire au procès est prévue pour jeudi, au cours de laquelle M. Chastain devrait demander d’autres mesures concernant la décision du tribunal sur l’utilisation de l’expression « délit d’initié ». Le juge Furman a souligné que l’objectif du procès est de déterminer si Chastain a commis les délits qui lui sont reprochés et non de s’interroger sur l’équité de l’accusation.

Cette affaire sans précédent met en lumière l’évolution du paysage du monde de la cryptographie. Il soulève des questions sur la réglementation et la surveillance du négoce des tokens non fongibles.

(Visited 54 times, 1 visits today)