La blockchain Ethereum et les NFT tous ce qu’il faut savoir

Qu’est-ce que la blockchain Ethereum

Ethereum est un réseau blockchain décentralisé qui a gagné en popularité dans l’espace des crypto-monnaies. Contrairement au bitcoin, qui est avant tout une monnaie numérique, Ethereum offre un éventail plus large de cas d’utilisation. Le réseau est alimenté par le jeton Ether, qui permet aux utilisateurs d’effectuer des transactions, de gagner des intérêts sur leurs crypto grâce au staking . D’utiliser et de stocker des jetons non fongibles (NFT), d’échanger des crypto-monnaies, de jouer à des jeux comme les play to earn, ou d’utiliser les médias sociaux, etc.

De nombreux experts considèrent qu’Ethereum est la prochaine étape de l’Internet, dépassant les plateformes centralisées du Web 2.0 pour passer à un réseau décentralisé, alimenté par l’utilisateur, qui est le Web 3.0. Cette nouvelle génération du Web prend en charge les applications décentralisées (DApps), la finance décentralisée (DeFi) et les échanges décentralisés (DEX).

Ethereum a une histoire riche, avec sa création dirigée en 2013 par Vitalik Buterin. Depuis, le réseau a subi plusieurs mises à jour, la plus récente étant Ethereum 2.0, qui vise à améliorer l’évolutivité et la sécurité du réseau.

Si vous êtes nouveau dans l’espace des crypto-monnaies et que vous êtes intéressé par l’achat d’Ether, vous pouvez le faire sur beaucoup d’exchanges. Il est important de noter que l’ETH et le Bitcoin ne sont pas des concurrents directs, car ils ont des objectifs et des caractéristiques différents. Cependant, la valeur de l’Ether peut être comparée à celle du Bitcoin, et de nombreuses personnes font référence à cette comparaison.

Dans l’ensemble, Ethereum offre un large éventail d’avantages, allant de l’activation d’applications et de finances décentralisées à la fourniture d’une plateforme pour la prochaine génération du web.

L’histoire de la blockchain Ethereum

Ethereum est une blockchain qui permet le développement de contrats intelligents et d’applications décentralisées (DApps). Elle a été créée en 2013 par Vitalik Buterin en réponse aux lacunes du bitcoin. Buterin a publié un livre blanc détaillant le concept de contrats intelligents, qui sont des déclarations automatisées, immuables et qui permettent la création de DApps. L’objectif d’Ethereum était d’unifier les différentes plateformes DApp qui existaient à l’époque et de les rendre interopérables.

Pour financer le développement du réseau, Vitalik Buterin et ses cofondateurs ont organisé une prévente de jetons et ont levé 18 439 086 dollars en Ether. Ils ont également fondé la Fondation Ethereum en Suisse avec pour mission de maintenir et de développer le réseau.

Au fil du temps, des développeurs sont arrivés sur Ethereum avec leurs propres idées décentralisées. En 2016, un groupe d’utilisateurs a fondé The DAO, une organisation démocratique qui votait sur les changements et les propositions du réseau. L’organisation était soutenue par un contrat intelligent et éliminait le besoin d’une figure centrale pour avoir du pouvoir sur Ethereum. Toutefois, une faille de sécurité a entraîné le vol de 40 millions de dollars de fonds détenus par la DAO. Afin d’inverser le vol, la DAO a voté pour un “hard fork” d’Ethereum, créant un nouveau réseau alors que le réseau original existe toujours sous le nom d’Ethereum Classic.

Aujourd’hui, Ethereum est devenu le deuxième plus grand projet de blockchain au monde, permettant le développement d’un large éventail d’applications et de projets décentralisés. Elle continue d’être maintenue et développée par la Fondation Ethereum et la communauté des développeurs qui ont construit sur elle. La plateforme s’est avérée être un outil polyvalent et puissant pour créer des applications décentralisées et elle continue d’évoluer et de s’adapter aux besoins changeants de la communauté.

Les avantages D’Ethereum sur la concurrence

Ethereum, bitcoin, projet web 3, crypto-monnaie, metaverse, nft, Polygon
Pièces de crypto-monnaies

 

Ethereum est une plateforme blockchain  open-source qui permet la création de contrats intelligents et d’applications décentralisées (dApps). Elle présente de nombreux avantages par rapport aux systèmes traditionnels, notamment la décentralisation, l’anonymat et l’absence de censure.

La décentralisation signifie qu’Ethereum n’est pas contrôlé par une autorité ou une organisation centrale. Au lieu de cela, la blockchain est maintenu par un réseau de milliers de nœuds, ou ordinateurs. Qui travaillent tous ensemble pour valider les transactions et assurer le fonctionnement du réseau. Cela le rend beaucoup plus résistant aux attaques et aux défaillances que les systèmes traditionnels, qui dépendent d’un serveur central ou d’une organisation pour assurer leur fonctionnement.

L’anonymat est un autre avantage clé d’Ethereum. Les transactions sur le réseau étant enregistrées sur un grand livre public, il est possible de voir qui envoie et reçoit des fonds. Cependant, les utilisateurs ne sont pas tenus de fournir leur identité réelle. Ce qui signifie que les transactions peuvent être effectuées de manière anonyme. Cela peut être particulièrement bénéfique pour les utilisateurs dans les pays où la censure ou la surveillance gouvernementale est une préoccupation.

Les contrats intelligents sont également un avantage majeur d’Ethereum. Il s’agit de programmes informatiques qui peuvent être programmés pour exécuter automatiquement certaines actions lorsque certaines conditions sont remplies. Par exemple, un smart contract peut être programmé pour débloquer automatiquement des fonds pour un travailleur indépendant lorsqu’un projet est terminé. Ainsi, il n’est plus nécessaire qu’une autorité centrale serve d’intermédiaire et les risques de fraude ou de mauvaise gestion sont réduits.

L’Ethereum devient également plus accessible que jamais. Des sociétés comme PayPal et Venmo permettent désormais aux clients d’acheter de l’ETH directement dans leurs applications. Ce qui permet aux gens de s’impliquer plus facilement que jamais dans le monde de la crypto. Avec des millions d’utilisateurs sur ces plateformes, il est probable que de plus en plus de personnes commencent à utiliser l’Ethereum à l’avenir.

Comment fonctionne Ethreum

Ethereum est un réseau blockchain décentralisé et open-source qui permet la création de contrats intelligents et d’applications décentralisées (DApps). Comme le Bitcoin, Ethereum fonctionne sur un réseau peer-to-peer, avec des milliers d’ordinateurs dans le monde entier participant en tant que “nœuds” plutôt qu’un serveur centralisé. Cette décentralisation rend le réseau très résistant aux attaques et ne peut donc pas tomber en panne, car si un ordinateur tombe en panne, cela n’a pas d’importance puisque des milliers d’autres font fonctionner le réseau.

Le réseau Ethereum fonctionne sur un ordinateur appelé la  virtua machine Ethereum (EVM). Chaque nœud détient une copie de l’EVM, et toute interaction sur le réseau doit être vérifiée par tous les nœuds pour s’assurer que la copie de l’EVM de chacun est à jour. Ces interactions sont appelées “transactions” et sont stockées dans des blocs sur la blockchain Ethereum.

Les mineurs valident ces blocs avant de les engager sur le réseau, agissant comme un registre numérique de l’historique des transactions du réseau. Ce processus de vérification des transactions est connu sous le nom de méthode de consensus “proof-of-work” (PoW). Les mineurs engagent leur puissance informatique pour trouver un code unique de 64 chiffres pour chaque bloc, et en retour, ils sont récompensés par l’ETH pour leurs efforts.

Toutes les transactions Ethereum sont entièrement publiques, et les mineurs diffusent les blocs complétés au reste du réseau, confirmant le changement et ajoutant les blocs à la copie de chacun du grand livre. Les blocs confirmés ne peuvent pas être altérés et constituent un historique parfait de toutes les transactions du réseau.

Mais d’où vient l’ETH récompensé aux mineurs ? Chaque transaction sur le réseau s’accompagne d’une taxe appelée “gaz”, payée par l’utilisateur à l’origine de la transaction. Ces frais de gaz sont versés au mineur qui valide la transaction, ce qui encourage le minage de crypto-monnaie future et garantit la sécurité du réseau. Le gaz sert également de limite, en restreignant le nombre d’actions qu’un utilisateur peut effectuer par transaction, et il est en place pour empêcher le spam sur le réseau.

Contrairement au bitcoin, dont l’offre est limitée, l’ETH est davantage considéré comme un jeton utilitaire que comme un jeton de valeur. Par conséquent, son offre est infinie. L’Ether entre systématiquement en circulation sous la forme de récompenses pour les mineurs. Le même type de fonctionnement a été mis en place quand ETH est passé en proof of Stake. Les validateurs sont récompensées afin de sécuriser le réseau.

Cependant, les frais de gaz d’Ethereum peuvent être assez élevés en fonction de l’activité du réseau. En effet, un bloc ne peut contenir qu’une quantité limitée de gaz, qui varie en fonction du type et du montant des transactions. Par conséquent, les mineurs ou validateurs choisissent les transactions dont les frais de gaz sont les plus élevés, ce qui signifie que les utilisateurs se font concurrence pour valider les transactions en premier. Cette concurrence fait grimper les frais de plus en plus haut, congestionnant le réseau pendant les périodes de pointe.

La congestion du réseau est un problème important, bien qu’il soit abordé dans Ethereum 2.0. Ethereum 2.0 vise à résoudre les problèmes d’évolutivité et de sécurité en introduisant un mécanisme de consensus proof-of-stake et en mettant en œuvre le sharding. Cette mise à niveau rendra le réseau plus efficace et augmentera le nombre de transactions pouvant être traitées par seconde.

Pour interagir avec Ethereum, vous aurez besoin d’un portefeuille de crypto-monnaies qui se connecte aux DApps. Ce portefeuille fait office de passeport pour l’écosystème Ethereum, et à partir de là, tout le monde peut acheter des articles, jouer à des jeux, prêter de l’argent et faire toutes sortes d’activités, tout comme sur l’internet traditionnel. La différence est que l’internet traditionnel est gratuit pour les utilisateurs, qui donnent leurs informations personnelles.

Les entités centralisées qui gèrent les sites web vendent ensuite ces données pour gagner de l’argent. Avec les crypto-monnaies, les utilisateurs sont libres de naviguer et d’interagir de manière anonyme, et les applications numériques ne sont pas discriminatoires. Par exemple, aucune application de prêt ou de banque ne peut rejeter une personne en fonction de sa race ou de sa situation financière.

Les NFT et la blockchain Ethereum une histoire d’amour :

NFT, ethereum, blockchain, projet décentralisé, metaverse, smart contract, crypto-monnaie, non fongible, metaverse
NFT créé sur la blockchain ethereum

 

Les NFT, ou jetons non fongibles, ont suscité beaucoup d’intérêt dans le monde des crypto-monnaies. Ces actifs numériques uniques ont été utilisés pour tout. Des objets de collection comme les CryptoKitties et les CryptoPunks  en passant par l’art numérique et à l’immobilier. Si les origines des NFT peuvent faire l’objet d’un débat, une chose est claire : Ethereum joue un rôle essentiel dans leur succès auprès du grand public.

La grande majorité des projets NFT utilisent la blockchain Ethereum pour créer, héberger et distribuer leurs jetons. Ethereum est la blockchain la plus utilisée pour la création de NFT. Et son écosystème a été incroyablement favorable aux jetons non fongibles. En effet, Ethereum a été la première blockchain à prendre en charge la norme ERC-721, qui est la norme pour la création de jetons uniques et non fongibles.

L’organisation Ethereum souligne que les NFT et Ethereum résolvent certains des problèmes qui existent aujourd’hui sur Internet. Alors que tout devient de plus en plus numérique. Il est nécessaire de rendre les produits physiques comme virtuel infalsifiables. Cela donne aussi un produit rare et donc très intéressant pour les marques de luxe. En outre, les objets numériques ne fonctionnent souvent que dans le contexte de leur produit. Par exemple, vous ne pouvez pas revendre un mp3 iTunes que vous avez acheté. Ou vous ne pouvez pas échanger les points de fidélité d’une entreprise contre le crédit d’une autre plateforme, même s’il existe un marché pour cela.

Alors que l’intérêt pour les crypto-monnaies ne cesse de croître, les NFT offrent une opportunité unique d’intégration. Notamment pour ceux qui ne comprennent pas forcément les complexités techniques qui font fonctionner les crypto-monnaies. Pour beaucoup, il est plus facile de “comprendre” les NFT que de comprendre pleinement le bitcoin. Le succès de projets tels que CryptoKitties et CryptoPunks a incité d’autres blockchains à investir davantage dans l’infrastructure NFT. Et ainsi à étendre la fonctionnalité et l’accès des NFT à travers la chaîne.

Alors qu’Ethereum reste la blockchain de choix pour la plupart des choses impliquant des NFT. De nombreux autres écosystèmes se développent pour soutenir la demande du marché des tokens non fongibles. Par exemple, Dapper Labs a initialement construit CryptoKitties sur Ethereum, mais a depuis lancé Flow, une nouvelle blockchain conviviale pour les développeurs. Qui prend également en charge les très populaires pièces de collection NBA Top Shot. De même, d’autres blockchains telles que Solana, Polygon et Avalanche innovent rapidement, créant une concurrence saine dans le monde des NFT.

Ethereum est la blockchain la plus populaire pour les NFT mais d’autres nouvelles blockchains émergent et innovent pour offrir plus d’options et d’opportunités aux créateurs, aux collectionneurs et aux utilisateurs. Les NFT sont également un excellent moyen pour les personnes qui découvrent les crypto-monnaies, car elles sont plus simples à comprendre que le Bitcoin.

Les créateurs derrière Ethereum

Ethereum, la deuxième plus grande crypto-monnaie en termes de capitalisation boursière. Elle a d’abord été proposée par Vitalik Buterin, un programmeur russo-canadien qui reste une figure de proue de la communauté crypto. Inspiré par le bitcoin, Buterin a publié en 2013 un livre blanc décrivant un nouveau réseau blockchain. Ce nouveau réseau permettrait aux développeurs de créer leurs propres applications décentralisées (dApps) à l’aide d’un nouveau langage de programmation. Cette vision ouverte a attiré l’attention de nombreux premiers amateurs de crypto-monnaies, et peu après, plusieurs développeurs talentueux ont contacté Buterin pour l’aider à donner vie à sa vision.

Cependant, Ethereum n’est pas l’œuvre d’une seule personne, mais plutôt le résultat des efforts de plusieurs personnages clés. Outre Vitalik, les premiers cofondateurs d’Ethereum sont Charles Hoskinson, Anthony Di Iorio et Mihai Alisie.

Charles Hoskinson, un entrepreneur américain, a été brièvement le PDG d’Ethereum mais a quitté le projet en 2014 en raison de désaccords avec Buterin sur la structure open-source et à but non lucratif du projet. Il a ensuite cofondé IOG (Input-Output Global), une société d’ingénierie et de recherche responsable de la création de Cardano.

Anthony Di Iorio, un des premiers partisans du bitcoin, a contribué à une grande partie du succès initial d’Ethereum en termes de stratégie de marque et de marketing.

Mihai Alisie, un entrepreneur suisse spécialisé dans la technologie et les médias, a joué un rôle clé dans la création de la société suisse qui a donné à Ethereum une base juridique et financière à ses débuts. Il a également été vice-président de la Fondation Ethereum jusqu’en 2015.

Au début de l’année 2014, le projet Ethereum s’est enrichi de trois autres personnalités : Joseph Lubin, Gavin Wood et Jeffrey Wilcke. Joseph Lubin, est un informaticien diplômé de Princeton qui a travaillé pour Goldman Sachs avant de rejoindre Ethereum. Il a cofondé la Fondation Ethereum et créé ConsenSys. Une startup basée à Brooklyn qui se concentre sur l’ensemencement de l’écosystème Ethereum avec des infrastructures et des applications.

Gavin Wood, un informaticien anglais, a créé le premier réseau de test d’Ethereum et a rédigé le papier blanc d’Ethereum. La “bible technique” qui décrit les spécifications du grand livre et des contrats intelligents du réseau Ethereum. Après avoir quitté Ethereum en 2016, il a fondé Polkadot.

Jeffrey Wilcke, un programmeur, a transcrit une version de la plateforme Ethereum dans le langage de programmation Go de Google, qui s’est ensuite transformé en Go Ethereum (ou Geth). Bien qu’il ait été un acteur clé des premiers jours d’Ethereum, Wilcke a finalement décidé de se séparer d’Ethereum et de créer sa propre société de jeux, Grid Games.

Ethereum est le résultat des efforts de nombreuses personnes, chacune d’entre elles ayant joué un rôle essentiel dans sa création. La vision de Buterin d’un nouveau réseau blockchain qui permettrait la création de dApps a été l’étincelle qui a enflammé le projet. Mais ce sont les contributions des autres cofondateurs qui l’ont mené à bien. Aujourd’hui, Ethereum continue d’évoluer et de croître, avec de nombreux développeurs et organisations qui travaillent à construire sur ses fondations et à l’amener vers de nouveaux sommets.

Les grandes date clé de la blockchain de vitalik Buterin

Le lancement du projet a commencé en 2013 lorsque Vitalik Buterin a publié le livre blanc exposant les principales idées derrière Ethereum. Le projet a été partagé publiquement pour la première fois lors d’une conférence sur le bitcoin à Miami en janvier 2014. À la fin de cette année-là, le projet avait recueilli plus de 18 millions de dollars par la vente d’Ether lors de sa première collecte de fonds.

Le développement du réseau Ethereum a été divisé en quatre phases, chacune correspondant à une mise à jour et à un changement d’échelle. Ces mises à jour sont appelées “hard forks”. La première phase, appelée “Frontier”, s’est déroulée du 30 juillet 2015 au 14 mars 2016. Cette phase avait pour objectif de permettre aux utilisateurs de commencer à miner de l’Ether et à exécuter les premiers contrats intelligents. L’idée était de permettre aux développeurs de tester les applications décentralisées et de trouver d’éventuels bugs.

La deuxième phase, appelée “Homestead”, s’est déroulée du 14 mars 2016 au 16 octobre 2017. L’objectif principal de cette phase était de régler les problèmes de sécurité sur le réseau. Ces problèmes ont été mis en évidence lorsque TheDAO, une organisation autonome décentralisée qui visait à organiser une collecte de fonds pour le développement de projets sur Ethereum, a été piraté. Cette vulnérabilité a entraîné une scission au sein de la communauté, certains souhaitant liquider TheDAO et reprogrammer la blockchain, tandis que d’autres s’y opposaient. Cela a conduit à la création de l’Ethereum Classic et de son jeton, l’ETC, qui existe toujours aujourd’hui mais est moins important.

La troisième phase, appelée “Metropolis”, s’est déroulée du 16 octobre 2017 au 2 janvier 2020. L’objectif de cette phase était de résoudre les problèmes liés à la croissance du projet. Elle comprenait d’importantes mises à jour de sécurité, de confidentialité et de mise à l’échelle du réseau, visant à améliorer l’expérience utilisateur et à rendre l’environnement de programmation plus convivial pour les développeurs. Cette mise à jour était si complexe qu’elle a été mise en œuvre en deux phases : “Byzance” et “Constantinople”.

La derrnière phase en date, est le passage de Ethreum du proof of Work au proof of stake. Cette mise à jour a étét réussi sans problème, même si un fork a eu lieu, pour continuer d’avoir l’ancinne blockchain toujours en activité. Cela etant plus pour protéger les mineurs qui ne pouvaint plus gagner de l’argent en minant de l’ether.

Proof of work VS proof of stake, pour quoi la blockchain a t’elle changé

blockchain ethereum, projet NFT, décentralisé, metaverse, ETH, bitcoin, crypto-monnaie
Exemple de nœud blockchain

Les mécanismes de consensus sont utilisés dans le monde des crypto-monnaies pour garantir que les transactions sont honnêtes et légitimes. Deux des mécanismes de consensus les plus populaires sont la preuve de travail et la preuve d’enjeu. Ces deux mécanismes ont pour but d’encourager les bons acteurs et de faire en sorte qu’il soit difficile et coûteux pour les mauvais acteurs de perturber le réseau. Cela permet de réduire les fraudes telles que les doubles dépenses.

La preuve de travail est un mécanisme de consensus qui utilise le minage pour vérifier les transactions en crypto-monnaies. Les mineurs sont en concurrence pour résoudre des énigmes cryptographiques complexes afin de gagner des récompenses en bloc et de valider les transactions. En revanche, la preuve d’enjeu fait appel à des validateurs qui sont choisis en fonction de la quantité de jetons qu’ils ont “mis en jeu” ou bloqués dans la blockchain. Ces validateurs sont choisis selon un ensemble de règles déterminées par le protocole de la blockchain.

Dans les systèmes de preuve de travail et de preuve d’enjeu, les transactions sont visibles et vérifiées par des ordinateurs du monde entier. Ce qui rend la blockchain décentralisée et distribuée. Cela permet de garantir que toute tentative de manipulation ou de transaction frauduleuse sera connue grâce à la nature publique et immuable de la blockchain.

Bien que la preuve de travail et la preuve d’enjeu aient toutes deux leurs propres avantages et inconvénients, il est important de noter qu’il n’y a pas de gagnant incontestable entre les deux. La preuve de travail est connue pour sa forte consommation d’énergie et son potentiel de centralisation par le biais de grands pools miniers. D’autre part, la preuve d’enjeu nécessite un investissement initial important, ce qui peut conduire à une blockchain exclusive, uniquement accessible aux personnes fortunées.

L’un des principaux inconvénients de la preuve de travail est l’importante quantité d’énergie requise pour vérifier les transactions. Les ordinateurs du réseau doivent dépenser beaucoup d’énergie et fonctionner à grande vitesse. Ce qui peut rendre la blockchain moins écologique que d’autres systèmes. En outre, la concurrence entre mineurs pour obtenir des récompenses peut conduire à ce qu’un petit nombre de pools miniers contrôlent la blockchain. Ce que certains considèrent comme une forme de centralisation. Cependant, il est important de noter que les pools miniers sont constitués de mineurs individuels ou de petits groupes de mineurs qui sont libres de retirer leur puissance s’ils ne sont plus d’accord avec la direction du pool minier plus important.

Le système Proof-of-stake présente également ses propres inconvénients. Le principal problème est qu’elle nécessite un investissement initial important pour se qualifier en tant que validateur. Cela peut conduire à une blockchain exclusive qui n’est accessible qu’aux personnes fortunées. Comme la valeur marchande des crypto-monnaies continue d’augmenter, ce problème pourrait devenir encore plus prononcé.

En conclusion, la preuve de travail et la preuve d’enjeu sont toutes deux des mécanismes de consensus populaires utilisés dans le monde des crypto-monnaies. Bien que chacun ait ses propres avantages et inconvénients, il est important de considérer les compromis et de choisir le mécanisme qui correspond le mieux aux besoins spécifiques de la blockchain ou de la crypto-monnaie. Il est également important de noter que l’espace cryptographique est encore très dynamique et que de nouvelles solutions continuent d’émerger et d’être développées, il est donc utile de garder un œil sur les nouvelles options à venir.

Sacha Berthelot

Sacha Berthelot

Passionné de marketing et d'écriture, j'ai vite décidé de me spécialiser dans le copywriting et le SEO, pour pouvoir mettre ma plume au service des gens ! Ici, vous trouverez tout ce qu'il faut savoir sur les NFT, le Métavers et le web 3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *